Vitrail à joints de plomb et de béton

Le vitrail à joints de plomb


C'est le vitrail tel qu'on le connait le plus souvent. Il nous vient du Moyen-Age. Les pièces de verres sont assemblées par des baguettes de plomb.
Les principales étapes sont :

  1. Le projet : dans un premier temps il faut faire un dessin à échelle (1/10 par exemple). Le vitrail ne permet en effet pas l'improvisation. Les traits représenteront le réseau de plomb. 
  2. La mise en couleur du dessin et le choix des verres : il s'agit d'un étape imporante évidemment. Le choix des couleurs et des textures va donner toute sa personnalité au vitrail. 
  3. Agrandissement du projet à l'échelle 1/1 sur du papier à calibre (un peu cartonné). On  y numérotera toutes les pièces et indiquera les verres à utiliser. On réalisera aussi un calque. 
  4. Coupe des calibres avec des ciseaux spéciaux qui enlèvent l'épaisseur de l'âme du plomb. 
  5. Coupe des verres : les calibres obtenus servent de guide pour le coupe des verres. 
  6. Le rodage : si les pièces présentent des imperfections qui poseraient des problèmes lors de la mise en plomb, elles sont alors rodées avec une meuleuse. 
  7. Le sertissage ou la mise en plomb : le montage se fera progressivement. On met des clous pour maintenir le tout tant que les plomb ne seront pas soudés. Les verres doivent bien pénétrer dans les ailes du plomb et les plomb doivent bien pénétrer les uns dans les autres à leur intersection. 
  8. Le soudage : lorsque l'ensemble du vitrail est assemblé, le réseau de plomb sera solidarisé en faisant,à l'aide d'un fer à souder, une soudure à l'étain à chaque intersection. La deuxième face sera également soudée. 
  9. Le masticage : afin de rendre le panneau étanche et rigide, on applique du mastic à la brosse afin qu'il pénètre sous les ailes du plomb. Les ailes du plomb seront ensuite refermées et le vitrail nettoyé de l'excès de mastic avec de la sciure de bois et une brosse en chiendent. Il faut ensuite laisser sécher.  


Le vitrail à joints de béton (armé)

Technique plus récente, qui a été très en vogue pendant les années 60-70. Les verres utilisés ont plus ou moins 2 centimètres d'épaisseur. Ils sont coupés avec une scie à eau ou à la marteline pour leur donner un aspect plus brut. Les verres sont disposés selon le dessin de départ, le béton est coulé entre les dalles de verres. L'excès de béton qui aura coulé sur les dalles sera gratté afin de laisser apparaitre totalement le verre. Le béton doit sécher au moins un mois. Il sera ensuite hydrofugé.
On peut apporter des variantes en réalisant un béton ayant un relief par rapport au verre et/ou en teintant le béton.

 


La mise sous double vitrage

Pierre Majerus a été le premier à imaginer d'intégrer le vitrail entre les deux feuilles de verres du double vitrage. Notre expertise en la matière remonte donc à plus de 28 années.
On peut mettre sous double vitrage tant des vitraux neufs que des anciens. Dans ce dernier cas, il faut bien entendu restaurer les vitraux au préalable. Les vitraux mis sous double vitrage sont bien protégés, isolent évidemment et sont aussi très facile d'entretien.Nous travaillons régulièrement avec des sociétés de rénovation de châssis qui peuvent adapter la battée de vos châssis actuels. S'ils sont en bon état, il n'est donc pas toujours nécessaire de les remplacer avant d'y installer vos vitraux mis sous double vitrage.